Les personnes âgées

Share Button

photo de Valérie Pilard

photo de Valérie Pilard et Djazzie

Les personnes âgées ont toutes leur histoire de vie, leur parcours, leur problème de santé, leurs souvenirs, chaque personne est différente.

La psychologie, apporte une analyse et une approche spécifique parmi le panel de formations que l’on peut trouver dans le domaine professionnel de la médiation animale et qui sont tout à fait respectable !!

C’est une approche qui donne un éclairage clinique, c’est à dire que chaque personne est unique. Ce « filtre de lecture » (loin d’être parfait et heureusement !) nous permet une analyse, une écoute, et une prise de recul de la parole et du comportement du sujet.

En psychologie on parle de « signifié » et « signifiant », ce sont des mots un peu barbares de Jacques Lacan, qui signifie tout simplement que chaque mot renvoie à chaque personne quelque chose de différent en rapport avec son vécu.

Prenons un exemple concret : si je dis le mot « chien » à un groupe de 50 personnes, chaque personne aura l’image d’un chien différent dans sa tête.

Ce mot va être associé au souvenir d’un chien bien particulier : le chien de son enfance, le chien du voisin, le « beau » chien vu sur un magazine, …

Nombreuses sont les personnes âgées en institution ou à leur domicile qui ont connus à un moment ou à un autre, un compagnon à 4 pattes à leur domicile, durant leur enfance…et qui ont du s’en séparer pour X ou Y raisons.

Dans la grande majorité des cas, ses souvenirs sont associés à des moments d’apaisement, de réconfort, de chaleur, de joie…

Le contact avec l’animal, fait appel à des émotions dans la mémoire à long terme, et permets aux personnes, de faire remonter à la surface, des souvenirs enfouis.

Ma formation de 5 années d’études en faculté de psychologie me permet de m’appuyer sur ces événements, ces émotions, ces instants de complicité avec l’animal pour créer une dynamique de travail thérapeutique.

Le chien est un médiateur très intéressant pour nos « anciens » comme disent nos amis quebecois, car il donne la possibilité de travailler sur de nombreux domaines dans les pathologies de la vieillesse.

Avec Chayna, une chienne très douce, nous pouvons travailler sur la psychomotricité, la motivation, le domaine cognitif (mémoire, apprentissage, le langage), le domaine affectif…sous forme d’atelier thérapeutique.

La personne travaille sans s’en rendre compte, puisqu’elle :

  • ne fait pas de de la psychomotricité, elle gratouille le chien derrière les oreilles

  • ne fait pas de la kinésithérapie, elle va balader chayna

  • ne fait pas un exercice pour travailler sa mémoire, puisqu’elle m’explique comment elle s’occupait de son chien « noiro », ou comment s’écrit le prénom « chayna »

  • ne fait pas d’effort pour parler, elle me raconte ses souvenirs avec ses animaux

Le chien a une présence symbolique qui apporte bien-être, réconfort, apaisement, oreille poilue à l’écoute, selon les besoins de la personne, tout simplement par ce qu’il ne sait pas.

Share Button