Bien etre animal : et en pratique ?

mercredi, 14 février 2018, 13:47 | Catégorie : Chien médiateur, L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale

Share Button

bien etre animalBonjour à tous,

Sur le site de la fondation Adrienne et Pierre Sommer un article a attiré mon attention.

Son titre « Bien être animal : et en pratique ? ». Voilà une bonne question !

Nous sommes tous (normalement si tout va bien !) emplie d’empathie humaine et animale. De ce fait pour bien pratiquer la médiation animale on se doit de s’interroger sur la manière dont vis leur séance nos animaux médiateurs. Quand on ne se pose plus la question, je pense qu’il est temps de changer de métier. C’est un vaste débat ! Nos animaux ont de nombreuses manières de communiquer avec nous, excepté la parole. Ils sont tous différents, ont des humeurs différentes chaque jour, et rencontre chaque jour des humains souvent pas très épanouis (autrement ils n’auraient pas besoin de séance de médiation par l’animal), qui eux aussi ont des humeurs et angoisses fluctuantes.

Alors comment savoir si on en demande pas trop à nos animaux ? Comment trouver le juste équilibre entre bienveillance, conscience professionnelle, identification des besoins de nos animaux, des bénéficiares et de nos propres besoin d’intervenant en médiation animale ?

C’est un travail quotidien, un travail d’équilibre à réévaluer chaque jour, à chaque séance. C’est pour cela qu’à mes yeux, il est indispensable de travailler avec un animal avec qui nous sommes complice, avec nos propres animaux.

Voici l’article trouvé sur le site de la fondation Sommer : https://www.fondation-apsommer.org/bien-etre-animal-pratique/

En vous souhaitant une belle journée !

Aurélie Vinceneux

Coordinatrice et Intervenante pour Coeur d’Artichien

Share Button

Utilisation de gels antibactériens dans la pratique de la médiation par l’animal ?

mardi, 6 février 2018, 19:27 | Catégorie : L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale

Share Button

gel hydroalcoolique mediation animaleBonjour à tous,

Aujourd’hui cher lecteur on partage avec vous un article sur le gel hydroalcoolique. On a été de grands fans chez Coeur d’Artichien de ce produit. Mais depuis quelques temps, on commence à réfléchir différemment à son utilisation afin de ne l’utiliser qu’en cas de nécessité et non systématiquement comme il y a quelques années.

Un médecin hygiéniste rencontré dans le cadre d’atelier de médiation animale, m’expliquait qu’à force de se laver les mains avec du gel hydroalcoolique on anéantissait également la flore naturelle de notre peau qui nous sert à nous protéger des virus. Qui n’a jamais remarqué l’assèchement de la peau de ses mains après l’utilisation de ces gels ? Il s’interrogeait sur le lien entre l’utilisation massive du gel hydroalcoolique et le développement des nouvelles maladies nosocomiales résistantes aux antibiotiques que l’on retrouve dans les centres hospitaliers. Ce n’est qu’un échange dans un couloir, sans études fondées à portée de main, mais ça laisse songeur sur l’utilisation de ce genre de produit au quotidien.

Vaste débat me direz vous, protection outrancière ou propagation des zoonoses dans nos activités de médiation par l’animale ? Tout est une question de juste milieu, trouver l’équilibre entre bienveillance, professionnalisme et protection.

Pour plus d’informations rendez vous sur le lien suivant :

Gels antibactériens: Deux cents spécialistes avertissent sur leurs dangers pour la santé

 

Share Button

7ème congrès international de zoothérapie

jeudi, 1 février 2018, 10:46 | Catégorie : La médiation Animale

Share Button

CIZ-logo coeur d'artichien médiation animaleBonjour à tous,

Voilà l’annonce pour 2018 d’un nouveau regroupement de professionnels de la relation homme animal, intervenants en médiation animale ou zoothèrapeutes. Je vous l’accorde ce n’est pas tout proche, mais pour y avoir été invitée  en temps de conférencière en 2011, je ne peux que partager cette information pour le plaisir de repenser à l’accueil chaleureux de mes collègues Quebecois qui m’avait été fait. En plus le Québec est un pays bien sympatique à visiter, avec des paysages à couper le souffle ! Aurélie Vinceneux

Pour retrouver le bulletin d’inscription : www.cizquebec.com

7ème CONGRÈS INTERNATIONAL

DE ZOOTHÉRAPIE

Édition 2018

Samedi 7 avril 2018

Québec

7ème Congrès international de zoothérapie

ZOOTHÉRAPIE : D’UNE NATURE À

L’AUTRE, PROFILS D’AUJOURD’HUI

Samedi 7 avril 2018

Université Laval, pavillon Vachon, local 2840

1045 avenue de la Médecine, Québec G1V 0A6

Le Congrès international de zoothérapie (CIZ) est un évènement rassembleur pour les intervenants en médiation animale, les étudiants dans cette discipline et pour toute personne qui s’y intéresse. Y participer, c’est alimenter la puissance d’un réseau fort et contribuer à créer une communauté d’intervenants de plus en plus compétents. Le CIZ est présenté tous les ans.

Le CIZ vise à établir un lien créateur entre nos pratiques, nos techniques, nos croyances, nos questionnements et nos réussites. Cette septième édition a l’honneur de vous présenter des conférenciers aux compétences diversifiées.

PROGRAMME

AVANT-MIDI

8 h Inscription des participants. Marie-Josée Beaudoin et Martine Costin

8 h 30 Mot de bienvenue. Georges-Henri Arenstein

8 h 35 Des émotions, des animaux… des humains. Dr Martin Godbout

9 h 30 Delphinothérapie au Québec : rêve ou réalité ? France Lafleur

10 h 15 – 10 h 30 PAUSE

10 h 30 Médiation animale auprès d’un adulte porteur de déficience intellectuelle; comment créer l’alliance ? Magali D’Angelo

11 h 15 Médiation animale, les bienfaits pour le zoothérapeute. Frédéric Campeau

12 h – 13 h DÎNER

APRÈS-MIDI

13 h Vidéo : « Zoothérapie : d’une nature à l’autre, profils d’aujourd’hui ».

13 h 45 L’éthique animale de qualité, outil indispensable au cœur de la pratique en éducation; atelier pédagogique et didactique. Amélie Martin

16 h 45 Mot de la fin et remerciements

Un chaleureux merci à nos conférenciers

Dr Martin Godbout  mgodbout@globalvet.ca

France Lafleur france.lafleur@uqtr.ca

Magali D’Angelo magali.zootherapeute@gmail.com

Frédéric Campeau fredcampeau.tsp@gmail.com

Amélie Martin ameliemartin@educanimot.com

Et à notre collaboratrice

Anne-Frédérique Gagnon, guitariste

Comité organisateur www.cizquebec.com

 

Share Button

Une étude démontre que les chiens comprennent les émotions humaines

lundi, 22 janvier 2018, 6:40 | Catégorie : Chien médiateur, La médiation Animale

Share Button

emotions vice versa

Bonjour à tous, 

Si vous êtes sur notre site en train de lire ces quelques lignes c’est que probablement la suite de votre lecture ne vous surprendra pas. Par contre ce qui est intéressant c’est qu’aujourd’hui des chercheurs puissent le prouver scientifiquement : les chiens comprennent les émotions humaines ! On affûte cette compétence chez nos chiens médiateurs au quotidien, ils deviennent des pro de l’émotion humaine au fil de leur carrière. Je vous souhaite une bonne lecture. Aurélie. 

Une étude démontre que les chiens comprennent les émotions humaines
Fabrice Renault

Notre chien est dans la confidence de notre humeur du moment, difficile de faire autrement. C’est à partir des expressions du notre visage et des intonations de la voix, qu’un chien peut connaître notre humeur parce que notre état d’esprit déborde bien au delà de notre expression verbale. Joie ou tristesse, peur et colère : rien n’échappe à notre ami à quatre pattes.

Cette capacité n’était jusqu’à présent attribuée qu’à l’homme. Mais selon une nouvelle étude publiée dans la revue Biology Letters de la Royal Society britannique : les chiens sont capables de comprendre les émotions humaines.

Les animaux peuvent interpréter les émotions de leurs semblables et deviner ainsi leurs intentions, mais seulement au sein d’une même espèce. Pour capter les émotions chez une autre espèce, le cerveau doit être capable de faire une représentation mentale des images et des sons, de les évaluer, les comparer, les associer et de les combiner.

Des capacités mises en évidence dans une étude scientifique

Pour les besoins de cette étude, des chercheurs de l’Université de Lincoln, au Royaume-Uni et de l’Université de Sao Paulo au Brésil ont placé 17 chiens devant des images de visages exprimant la joie ou la colère, associées à la voix d’une personne heureuse ou énervée.

Des représentations de visages joyeux étaient successivement associées à une voix enjouée et à une voix en colère. Même chose avec les images de visages de personnes visiblement énervées.

Ils ont alors constaté que les chiens étaient beaucoup plus attentifs si les expressions faciales correspondaient à la « bonne » voix, laissant supposer qu’ils étaient capables d’analyser le lien entre ces deux sens et de définir si l’information était cohérente. Kun Guo de l’Université de Lincoll, explique :

Notre étude montre que les chiens ont la capacité d’intégrer deux sources d’informations sensorielles différentes et d’aboutir à une perception cohérente des émotions humaines(…) Cette capacité cognitive n’avait, jusqu’à présent, été mise en évidence que chez l’homme.

Beaucoup de propriétaires de chiens rapportent que leurs animaux semblent très sensibles aux humeurs des membres de la famille. Cependant, il y a une différence importante entre apprendre à réagir de façon appropriée à une voix en colère, et déchiffrer différentes données, note l’étude.

A noter qu’ici, les chiens n’ont eu aucune période de familiarisation avec les sujets. Cela suggère que cette capacité à combiner des signes émotionnels est propre à l’animal. Pour Natalia Albuquerque qui a menée l’équipe de recherche : « Cette aptitude peut être due à la relation particulière qu’il entretient avec les êtres humains ».

Sources : leparisien.fr – sciencesetavenir.fr

Share Button

Sharre 2018 : programmation colloque sur la relation homme animal

lundi, 22 janvier 2018, 6:06 | Catégorie : Formation Médiation Animale, La médiation Animale

Share Button

sharre 2018Bonjour à tous,

On partage avec vous aujourd’hui, une information pour un futur colloque sur la relation homme-animal qui va avoir lieu le 5 Mai 2018 en Suisse.

La relation homme-animal vous intéresse? Ne manquez donc pas SHARRE 2018!!!

Intitulée « Tutti frutti homme/animal« , cette journée de conférences, qui aura lieu samedi 5 mai à Genève (Belle-Idée, chemin du Petit-Bel-Air 2, 1225 Chêne-Bourg) a pour thème l’identité, l’individu et le groupe, vie et mort dans le monde animal et humain.

Inscrivez-vous donc dès maintenant sur www.sharre.ch/sharre-2018 et profitez du tarif réduit « early birds » encore jusqu’au 31 janvier prochain!!!

En espérant vous compter nombreux à cette 5e journée de conférences SHARRE, , et n’oubliez pas de diffuser cette information autour de vous ! Merci ! 

Le Comité SHARRE

Society for Human-Animal Relationship Research & Education

www.sharre.ch    info@sharre.ch

Share Button

Adopter un lapin médiateur en 2018 : est-ce bien raisonnable ? par Sophie

lundi, 15 janvier 2018, 12:03 | Catégorie : Non classé

Share Button

Bonjour à tous,

Aujourd’hui c’est Sophie qui prend la plume pour vous parler de son expérience. Il nous semble important dans le monde de la médiation animale comme ailleurs d’ailleurs de partager avec vous les bonnes expériences comme les mauvaises. Pour deux raisons c’est que la médiation animale c’est loin d’être tout rose comme pratique professionnelle et si cela peut éviter d’autres drames, on sera heureux. bonne lecture à vous ! Aurélie

Débuter dans la médiation animale implique la question d’adopter des animaux médiateurs. Il y a 3 ans, en plus d’une chienne Cavalier King Charles, j’ai fait le choix de prendre deux lapins. Consciente de la délicatesse de cet animal, j’avais envie de relever le défi, pensant qu’il suffisait de satisfaire leurs besoins, pour leur donner une belle et longue vie. J’ai mis en place, un maximum de choses pour qu’ils soient heureux et protégés. J’ai essayé de faire au mieux. C’était sans compter sur la présence du virus VHD.

Bambou, joyeux lapin nain à oreilles droites, il est mort brutalement dans mes bras à l’âge de 2 ans. Le vétérinaire diagnostique une mystérieuse « diarrhée foudroyante ». Six mois plus tard, Pamplemousse, mon gentil bélier angora, ne mange plus. J’observe qu’il dort beaucoup, qu’il respire fort, une conjonctivite récalcitrante est présente au coin des yeux. Un véto d’une grande clinique vétérinaire constate une forte fièvre, il fait des convulsions et décède à l’âge de 2 ans 1/2. Pour la première fois, on me parle de VHD.

Qu’est-ce que le VHD ?

La maladie virale hémorragique (VHD) est une maladie provoquée par un virus de la famille des Calicivirus. Le VHD est un virus spécifique aux lapins européens, sauvages ou domestiques. Les autres animaux de compagnie et l’homme ne risquent rien.

Cette maladie trouve son origine en Chine, en 1984. Depuis, le virus a progressivement gagné la France durant l’été 1988, avec les déplacements de lapins sauvages. En 2010, un nouveau virus de la VHD (variant), a fait son apparition dans le Nord-Ouest de la France. En 2 ans, il a totalement colonisé les populations de lapins sauvages et d’élevage, et couvre désormais l’ensemble du territoire français.

Les modes de transmission du VHD ?

Extrêmement contagieux, il sévit toute l’année. Soit par contact direct entre lapins, avec les poils, les déjections ou les sécrétions nasales, dans le milieu où vit le lapin. Soit par contact indirect avec le foin, la paille, avec les aliments (eau, grains, fruits ou légumes), avec le matériel (cage, biberon, gamelle, jouet, etc.), avec les insectes et petits rongeurs (vecteurs du virus), avec l’homme qui peut transporter le virus sur lui, après une balade dans la nature, ou un autre animal en contact avec un lapin contaminé (ex : un chien).

La forme classique de la VHD est foudroyante et mortelle. Son incubation est de 24 à 48 heures et la mort intervient entre 1 à 5 jours pour environ 70 à 90 % des lapins contaminés. La seconde forme du virus est moins virulente et moins rapidement mortelle, même si elle est très contagieuse et se propage rapidement.

Ce sont les mêmes symptômes pour les deux maladies. Avant de mourir, le lapin ne peut plus respirer, il est pris de spasmes et peut éventuellement saigner du nez.

  • apathie
  • perte d’appétit
  • forte fièvre
  • atteinte neurologique voire paralysie de l’arrière-train
  • difficultés respiratoires
  • écoulements nasaux et oculaires
  • petites hémorragies au niveau du nez et de l’anus

Comment protéger nos lapins ?

Il existe un vaccin (Nobivac Myxo RHD) combiné (myxomatose et VHD) qui a une efficacité au bout de 3 semaines. On effectue un rappel annuel. Cependant, il n’est pas précisé si ce vaccin protège contre les deux formes de VHD, et des cas de décès ou de forme atténuée de la maladie ont été déclarés avec ce vaccin.

De plus, le virus est très résistant. Il reste actif plus de 3 mois à température ambiante (20°C) et 6 mois dans un milieu froid (4°C). Il résiste également à la congélation et à la chaleur. Il est donc important de garder le matériel infecté (cage, gamelle, barreaux, etc.) à l’écart et de le désinfecter avec un virucide.

Pour conclure :

Malgré toutes les précautions prises pour leur santé et leur bien-être, c’est bien cette maladie « tueuse » qui a décimé mon équipe de lapins médiateurs. S’il est déjà difficile de penser, que nous avons pu ramener involontairement la maladie à la maison, c’est encore plus désolant de savoir que le vaccin actuel n’est pas fiable. En corollaire, il est actuellement impossible, de protéger efficacement les lapins de compagnie. Pour ma part, même si j’adore cet animal si doux, je ne prendrai pas le risque de revivre cette terrible aventure, ni pour eux, ni pour moi.

Sophie

Lapins coeur d'artichien mediation animale

Bambou et Pamplemousse

Share Button

2018 est arrivée !

mercredi, 10 janvier 2018, 12:27 | Catégorie : Non classé

Share Button

Bonjour à tous,

Ca y est 2018 est arrivée !! On laisse ce qu’il y a à laisser en 2017 et on accueille pleinement ce qu’y arrive en 2018.

On vous souhaite à vous tous lecteurs de passage ou fidèles lecteurs une excellente année 2018.

On vous souhaite à vous et vos poilus une année pétillante, pleine d’aventure, de moments ressource, de belles séances de médiation animale, où prendre de la hauteur devient un jeu d’enfants, et le plus important la réalisation de vos projets les plus fou (médiation animale ou autre) !

Source : Pixar - film Là Haut !

Source : Pixar – film Là Haut !

Share Button

Un Joyeux Noel à tous !!

samedi, 23 décembre 2017, 12:12 | Catégorie : L'Association Coeur d'Artichien

Share Button

Le père noël ne devrait pas tarder, il est l’heure de vous souhaitez un petit quelque chose…

Nous vous souhaitons à tous, vous être vivants qui lisaient ce site ou vous 4 pattes assis aux pieds de l’être vivant qui regarde ce site, ou vous autres poilus de la maison qui apportaient chaleurs et réconforts à nos bénéficiaires tout au long de l’année, ou vous chaleureux poilus qui êtes juste là pour profiter de la chaleur de votre foyer, et manger des croquettes au coin du feu, nous vous souhaitons à tous sans exception un

JOYEUX NOEL plein d’humour !!

pere noel coeur d'artichien

Share Button

Skali, une petit chienne qui apprend son métier de médiateur

mercredi, 29 novembre 2017, 7:38 | Catégorie : Chien médiateur, L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale

Share Button

w_SkaliBonjour à tous,

Cet été Daphné a agrandit son équipe d’animaux médiateurs. Elle vous présente sa nouvelle collègue à 4 pattes en formation dans l’article ci dessous. Bonne lecture ! Aurélie Vinceneux.

Vous l’avez peut-être déjà croisée dans certaines institutions, cette petite chienne joyeuse que j’ai adoptée au mois de Juillet via une association de protection animale. Skali n’avait que 3 mois lorsqu’elle est arrivée à la maison et portait déjà un fardeau de maltraitances qu’elle avait hâte d’oublier. On savait peu de choses d’elle, ni son croisement, ni sa date de naissance précise. Peu importe car ce sont ses qualités qui nous intéressent aujourd’hui et qui feront un jour d’elle un excellent chien médiateur. Skali est un électron libre, pétillante, farceuse et possède l’intelligence de la débrouille. Elle nous accompagne pour le moment en institution afin de se familiariser avec les différents publics et prend déjà grand plaisir à se trouver au centre de l’attention. Elle apporte avec elle sa spontanéité et son espièglerie, laissant entrevoir un petit cœur tendre qui ne demande qu’à être aimé.

L’adoption d’un chien issu de la protection animale pour travailler en médiation est tout à fait possible à condition d’avoir de bonnes connaissances en éducation canine et de se faire accompagner dans cette démarche par un professionnel (éducateur canin connaissant la médiation animale). Ces chiens ont autant de qualités que les autres si l’on prend la peine de s’intéresser à eux.

Share Button

Cour d’Artichien a fêté ses 8 bougies !

mercredi, 22 novembre 2017, 14:29 | Catégorie : Chien médiateur, L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale

Share Button
Bonjour à tous,
 banc orties sur le chemin
Comme chaque année depuis maintenant 8 ans j’aime écrire un petit texte au mois d’Octobre pour l’anniversaire de Cœur d’Artichien. C’est l’occasion de prendre un peu de recul sur l’année écoulée pour mieux préparer l’avenir.
Le chiffre 8 représente pour moi quelque chose d’équilibré avec ses deux ronds qui communiquent à leur croisement. Le 8 est quelque chose de dynamique avec de l’eau qui peut communiquer entre le haut et le bas, la tête et le corps. Au niveau systémique on pourrait avoir la fantaisie d’imaginer également le 8 comme quelque chose ou l’énergie circule entre les sous-systèmes associatifs : le bureau, la coordinatrice et les intervenantes.
Comme chaque anniversaire de Cœur d’Artichien est unique, il arrive à des moments différents de son développement, ils ont chacun une couleur, un gout particulier. Cette année j’avais envie d’une métaphore pour parler du processus de développement de l’association.
Quand je réfléchis à l’année qui vient de se passer chez Cœur d’Artichien, je visualise un chemin de randonnée. C’est un chemin vallonné sur lequel l’équipe de Cœur d’Artichien avance à son rythme, certains marchent plus doucement par moment pour profiter du paysage, d’autres plus vite et amène une dynamique différente au groupe. Chaque élément est différencié et s’équilibre les uns aux autres. Les montées du chemin pourraient représenter les périodes plus chargées de travail, ou l’association est moins confortable pour ses membres, où tel un âne bâté nous avançons en mettant un pied devant l’autre pour arriver en haut du chemin et profiter de la vue.
Les descentes seraient les moments de joies, de lacher prise, comme quand on fait du vélo et qu’on grimpe une cote. L’arrivée en haut est une délivrance, on lache tout, plus besoin de pétaler l’apesanteur fait son travail, on a plus qu’à savourer, fière d’être montée si haut pour le plaisir de la descente. Les descentes sont associées pour moi à la joie que nous partageons au quotidien avec nos bénéficiaires et les équipes. Les petits moments de reconnaissance où on nous dit un petit « merci » au détour d’un couloir, les petits riens qui font tout dans notre pratique de la médiation animale.
Sur ce chemin, on peut aussi croiser des orties. C’est une plante qui en soit n’est pas dangereuse mais particulièrement urticante si on la touche, par contre cuite en soupe c’est un délice pour les gourmands que nous sommes. Tout a du positif et du négatif mêmes les orties. On croise toujours des orties sur les chemins de randonnées, ils ont une fonction bien particulière. Ils nous rappellent que nous sortons du chemin, et qu’ici il n’est pas confortable d’y mettre les pieds. C’est ce que j’appelle l’expérience, les orties nous permettent de préciser nos frontières, peaufiner ce que l’on veut et ce que l’on ne veut plus pour pouvoir continuer à avancer sur notre chemin de manière sereine et équilibrée.
Sur ce chemin nous pouvons aussi croiser des bancs, sur lequel on a le choix ou pas de s’asseoir pour se reposer, reprendre des forces ou simplement pour le plaisir de prendre soin de soi, contempler les autres randonneurs. Nous pouvons y observer nos chiens évoluer le nez dans les odeurs charmantes de chaque brin d’herbe. Prendre du recul, se recentrer sur soi, ses besoins : se ressourcer pour mieux continuer notre cheminement de la médiation par l’animal. En simple, imiter nos chiens et profiter pleinement de l’ici et maintenant.
L’avantage de ce chemin c’est qu’à ce jour il n’a pas de fin, l’imagination construit la suite du chemin au fur et à mesure nos expériences, nos interactions, en fonction de ce que la vie met sur notre chemin.
Nous faisons aujourd’hui le choix de continuer à notre rythme sur le chemin de vie de Cœur d’Artichien. Tout est possible, tout est réalisable c’est une question de choix, de plaisir, de positionnement, de sueur, de rencontres humaines et animales. Le chemin des possibles est à nous, droit devant !
Un très joyeux anniversaire Cœur d’Artichien !
Aurélie Vinceneux
Coordinatrice et Intervenante pour Coeur d’Artichien
Share Button