Coeur d’Artichien : médiation animale en prison à Nantes 44

France 3 nous a consacré un reportage vidéo sur notre travail de médiation animale à la Maison d’Arrêt des Femmes de Nantes.

Il a été diffusé le 27 Février 2019.

(clic ici pour voir la vidéo)

coeurdartichien chien prison

Photos Affinity

Share Button

Conference : Des chiens qui humanisent le monde pénitentiaire

DSC_1673

Bonjour,

Aujourd’hui on vient remercier ici l’association les 1001 Pattes ont du coeur qui nous ont solliciter pour présenter le 1er Mars 2019 dernier sous forme de conférence, le travail que nous réalisons à la Maison d’Arrêt des Femmes de Nantes (grâce à notre partenaire financier la Fondation Affinity).

Au vue de la réaction du public et les émotions qui envahissaient la salle je pense que ce fut un franc succès. Je suis heureuse de pouvoir contribuer à changer le regard du grand public sur le monde pénitentiaire.

Un grand merci à l’association les 1001 Pattes ont du coeur et leurs bénévoles pour l’organisation sans faille de cette journée.

Ce fut une journée riche professionnellement, en rencontres humaines et canine !

Aurélie Vinceneux

 

Share Button

A Nantes, des chiens aident des femmes détenues à exprimer leurs émotions

coeurdartichien MAF Nantes 2019

Bonjour,

Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux Twitter @CAZOO44 ou Facebook https://www.facebook.com/coeurdartichien/, vous savez qu’hier l’Agence Française de Presse a sorti un bel article sur notre travail en prison. Cet article a été relayés sur de nombreux médias tel que :

Nous remercions notre Financeur la Fondation Affinity ainsi que tous ces médias pour le temps qu’ils ont consacrés à faire connaitre au grand public la médiation animale et plus particulièrement notre travail au sein de la Maison d’Arrêt des Femmes de Nantes.

Voici l’article de l’AFP de  Fanny André (journaliste) et Loic Venance (photographe)

« On est dans neuf mètres carrés, même si on ne bouge pas, qu’on ne travaille pas, on est fatigué. La seule chose qui nous apaise, c’est ça », lâche Sarah en désignant deux chiens qu’elle vient de caresser longuement pendant une activité à la maison d’arrêt des femmes de Nantes.

« Betty, elle va vers les personnes qui ne sont vraiment pas bien, elle est comme ça », poursuit la quinquagénaire pour dire sa reconnaissance à la chienne, une bergère australienne de 22 kilos, venue se blottir à ses pieds alors qu’elle avait un coup de chaud.

Pendant qu’une surveillante apporte une poignée spéciale pour ouvrir la fenêtre obstruée de barreaux, Aurélie Vinceneux, intervenante en médiation animale, s’approche.

« Il y a des choses qui te tracassent en ce moment ? », demande-t-elle à Sarah.

Les deux femmes poursuivent leur conversation, à l’écart du groupe qui discute d’amour et d’estime de soi autour de Gandhi, le petit Shetland de sept ans qui se laisse docilement pouponner.

« En prison, il y a de sacrées carapaces, ce sont des personnes qui ne sont pas souvent allées voir un psychologue pour parler d’elles », commente Mme Vinceneux.

« Le fait de commencer par parler du chien, ça désamorce les mécanismes de défense », constate la jeune femme qui a réuni ses passions pour la psychologie et les animaux en créant « Coeur d’Artichien ». Depuis 2016, l’association est présente tous les jeudis après-midi auprès des femmes emprisonnées à Nantes.

« Comme si j’étais dehors »

Pour Nathalie, qui espère être libérée d’ici la fin de l’année, le temps passé avec les chiens c’est « comme si j’étais dehors quelque part, et je trouve ça très bien ».

Elle essaye de venir chaque semaine, quand ses horaires de travail le permettent, car « les chiens nous apportent de la chaleur, de la gaieté ». Le contact avec Betty et Gandhi lui est d’autant plus précieux lorsqu’elle se sent « lasse d’être là, parce qu’au bout d’un moment, on en a marre d’être enfermé, il ne faut pas se leurrer ».

L’idée de cette médiation animale, qui se décline avec des chiens, des chevaux ou des rongeurs dans d’autres prisons, est venue de deux femmes détenues après plusieurs suicides et tentatives de suicides dans l’établissement.

« Depuis, il n’y a eu aucun passage à l’acte », indique Eric Baudoin, officier pénitentiaire à la maison d’arrêt des femmes. Il se réjouit que l’activité permette parfois d’amorcer un dialogue avec des personnes « qui se réfugient dans le mutisme ».

L’enjeu est de « poser un jalon dans le temps pour une personne qui n’a pas plus de repères » et de lui permettre d' »aller de jour en jour ».

Ainsi, si l’atelier consiste à réunir un petit groupe de volontaires autour d’un conte ou d’un jeu, Aurélie Vinceneux se déplace aussi occasionnellement dans les cellules.

« Mes chiens sont allés lécher ses larmes »

Elle se souvient d’une femme « qui pleurait toute la journée, dans son lit ».

« Quand je suis allée la voir, elle m’a parlé de son Cavalier King Charles qui vivait à l’extérieur, qui lui manquait, et mes chiens sont allés lécher ses larmes parce que moi, je n’avais même pas de mots face à cette grande détresse, et pourtant je suis psychologue », raconte Mme Vinceneux.

Les inquiétudes liées à des animaux restés à l’extérieur sont omniprésentes dans les conversations.

« Mon chat est très proche de mon fils et il est avec mon fils, mais mon chien est beaucoup plus proche de moi, donc mon absence lui pèse », raconte ainsi Méli pendant un échange avec d’autres détenues.

Selon elle, partager un intérêt pour les animaux permet de créer de nouveaux liens. « Le groupe qui est là n’est pas forcément le même qu’en promenade par exemple », explique Méli.

Eric Baudoin y voit lui un moyen de faire accepter des personnes qui font l’objet d’un rejet collectif, notamment lorsqu’elles sont emprisonnées pour infanticide.

L’atelier donne donc satisfaction à l’administration pénitentiaire, qui après deux années de financement par la fondation Adrienne et Pierre Sommer puis la fondation Affinity, devrait lui allouer un budget.

Share Button

Les chiens de l’association Coeur d’Artichien viennent en aide aux femmes détenues de Nantes

Bonjour à tous,

Le site WAMIZ  a écrit un bel article sur notre travail que nous réalisons en prison auprès des femmes détenues de Nantes, en partenariat avec la Fondation Affinity.

Vous retrouverez l’article en cliquant sur la photo ci dessousRG0_6978

Share Button

Conférence : médiation animale où en sommes nous en France ? – le 2 Mars 2019

Bonjour à tous,

2 informations ce matin :

  • Nous cherchons à compléter notre équipe d’Intervenante en Médiation Animale sur la région Nantaise, vous trouverez l’annonce ici : http://www.coeurdartichien.fr/2019/02/07/coeur-dartichien-recrute-en-2019-une-prestataire/
  • L’association Les 1001 pattes ont du coeur BZH représentée par Christine Moreau, propose une journée de conférences le 2 Mars 2019  à Audierne (29).  J’y présenterai le travail que je réalise depuis 2 ans à la Maison d’Arrêt des femmes de Nantes.  Pour plus d’informations : lavieilleferme.29@gmail.com ou au 06 62 70 13 07

Au plaisir d’échanger

IMG_20190206_144051

Share Button

Coeur d’Artichien recrute en 2019 un(e) prestataire

jeudi, 7 février 2019, 6:14 | Catégorie : L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale, Offres d'emploi

CAZOO-logo-recruteBonjour,

Nous sommes à la recherche d’une intervenante en médiation animale prestataire pour intégrer l’équipe de Coeur d’Artichien dans la région Nantaise sur un temps partiel (pour commencer) à partir du 1er Mars 2019.

Nous souhaitons que ce/ cette futur(e) collègue :

  •  ait validé une formation en médiation animale,
  • soit diplômé(e) dans le médico-social (indispensable)
  • ait de l’expérience dans le travail en équipe pluridisciplinaire
  • soit à l’aise avec les personnes âgées et les personnes porteuses de handicap
  • ait au moins un chien pour travailler, d’autres especes est un plus
  • soit à l’aise à l’écrit dans la rédaction de comptes rendus et sur les réseaux sociaux
  • ait le permis, une voiture et aime conduire (dans ce métier on fait beaucoup de km)
  • que l’argent ne soit pas sa principale motivation, c’est un métier passion avant tout
  • dispose d’un numéro siret  (Auto Entreprise ou autre forme d’entreprise).
  • qu’elle habite la région Nantaise (44)

Toutes les candidatures seront étudiées.

Vous pouvez nous envoyer un CV et une lettre de motivation sur cazoo44@gmail.com ou nous joindre au 06 30 08 06 47.

Au plaisir de vous lire,

Bien cordialement

Aurélie Vinceneux pour Coeur d’Artichien

 

Share Button

Bonne année à tout(e)s les Intervenantes en médiation animale et aux autres

P1120557

On vous souhaite pour cette année 2019, vous permette d’avancer sur votre chemin avec vos compagnons à 4 pattes, et vous apporte des projets des projets tous neuf !

L’équipe de Coeur d’Artichien

Share Button

Fermeture de l’association pendant les vacances de Noel

jeudi, 20 décembre 2018, 20:58 | Catégorie : L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale

perenoel

L’association est fermée du 21 Décembre au 6 Janvier.

Nous rouvrirons nos portes le lundi 7 Janvier avec de belles surprises pour nos aventures de 2019.

Nous vous souhaitons à tous d’excellentes fêtes de fin d’année,

Avec une pensée chaleureuse pour nos bénéficiaires et les professionnels qui n’ont pas la chance de pouvoir passer Noel en famille.

Share Button

Outil en médiation animale : conte de Noel avec un chien

jeudi, 13 décembre 2018, 20:23 | Catégorie : Chien médiateur, L'Association Coeur d'Artichien, La médiation Animale

chien noel

Bonjour à tous,

Nous entamons dans l’association la dernière semaine de travail de l’année, avant de pouvoir chacune prendre du repos bien mérité avec nos fidèles collègues à 4 pattes.

En attendant le père-noël avec nos bénéficiaires, on vous partage aujourd’hui un outil qu’on peut utiliser en médiation animale lors des séances autour de Noel : le conte de Noel. Enfants, ados, adultes avec ou sans handicaps, tout le monde se laisse embarquer dans la magie des contes de Noel, mais quand celui ci parle d’un chien, alors la magie opère.

Parfois je suis joueuse et change le nom des personnages en utilisant les noms des animaux de l’association.

Cette année, c’est celui ci qui a attiré mon attention. Je l’ai trouvé sur le site : http://chez.le.pere.noel.free.fr

Ce conte va me suivre toute la semaine prochaine dans mes interventions en EHPAD, auprès d’ados, ou en prison auprès des détenues, peut être pourra-t-il vous servir aussi ?

Le Noel de Chien Perdu

II faisait très froid, ce soir-là. Dans les maisons, les enfants étaient contents : cette nuit, le Père Noël allait leur apporter des jouets. C’est dommage, il n’y a pas de Père Noël pour s’occuper des animaux, et cette nuit, comme les autres nuits, Chien Perdu allait avoir très froid. Il marchait le long de la route, sans savoir où aller. Soudain, il aperçut une maison. Chien Perdu s’approcha et, sans faire de bruit, se glissa dans le garage. A peine était-il entré que quelqu’un vint fermer la porte, sans voir le chien caché derrière la voiture. Chien Perdu était content car il n’avait plus froid.

Il se coucha pour dormir, mais, au bout d’un moment, de délicieuses odeurs vinrent lui chatouiller les narines. Il ne put s’empêcher de venir renifler sous la porte qui conduisait à la cuisine : là, tout près de lui, derrière la porte, on parlait, on riait, on mangeait. Chien Perdu aurait bien voulu faire partie de la fête, mais il savait qu’on ne voudrait pas de lui. Tristement, il revint se coucher derrière la voiture et essaya d’oublier qu’il avait très faim.
Au bout d’un très long moment, Chien Perdu se rendit compte qu’il n’entendait plus de bruit. Il vint écouter près de la porte : non, vraiment, il n’y avait plus personne. Alors il se dressa sur ses pattes de derrière, appuya les pattes de devant sur la poignée de la porte, et entra dans la cuisine. Les habitants de la maison devaient être bien fatigués : ils étaient partis se coucher sans rien ranger. Sur la table, ils avaient laissé des assiettes avec des restes de dinde, des restes de bûche. Chien Perdu n’hésita pas : il posa les deux pattes sur la table et, à grands coups de langue, il nettoya les assiettes !
Mais, tout à coup, crac ! Il fait tomber une assiette qui se casse en mille morceaux avec un bruit terrible. Pourvu qu’il n’ait réveillé personne ! Il écoute, il écoute… et il entend des pas. Son cœur se met à battre très fort : quelqu’un arrive, quelqu’un va le battre parce qu’il est entré sans permission et va le chasser dans la nuit froide. La lumière s’allume : un petit garçon regarde Chien Perdu et Chien Perdu regarde le petit garçon.
– J’ai entendu du bruit, dit le petit garçon, j’ai cru que c’était le Père Noël, et c’était toi !
Comment es-tu entré ? Tu es venu avec le Père Noël ?
Le petit garçon va dans le salon et Chien Perdu se dépêche de le suivre. Là, au pied du sapin, il y a plein de cadeaux.
– Je ne sais pas si tu es venu avec le Père Noël ou si tu es venu tout seul, lui dit le petit garçon en le caressant, mais je voudrais bien te garder. J’ai une idée, couche-toi là, au milieu des cadeaux, et sois sage !
Le lendemain, le petit garçon se réveilla de bonne heure et vint frapper à la porte de ses parents. Ils auraient bien voulu dormir encore, mais il les embêta tellement qu’ils se levèrent. Ils descendirent tous ensemble au salon et virent Chien Perdu couché sous le sapin, au milieu des cadeaux.
– D’où sort ce chien ? s’écria le papa.
– J’espère qu’il n’a pas de puces ! s’exclama la maman.
– Oh ! qu’il est beau ! s’écria le petit garçon. C’est un cadeau du Père Noël !
Les parents voulurent chasser Chien Perdu, mais il les regarda d’un air si doux, si gentil qu’ils n’osèrent pas. Et puis, c’était un cadeau du Père Noël, et il ne faut jamais contrarier le Père Noël. C’est ainsi qu’une nuit de Noël, Chien Perdu retrouva une famille.

 

Share Button

Se ressourcer quand on fait de la relation d’aide par la médiation animale

faire une pause

Bonjour à tous,

Je vous écrit à J-1 avant une semaine de vacances pour mon équipe de poilus et moi. L’occasion de partager avec vous un conseil si vous vous lancez dans la pratique de la médiation animale.

Quand j’ai démarré la médiation animale en 2009 la réalisation de mon rêve « mettre en lien des animaux pour accompagner des humains en difficulté » m’animait tellement que j’en oubliais de me reposer. Ce qui m’a valût au bout de plusieurs années de pratique de gros coups de fatigue, qui m’ont parfois fait prendre de mauvaises décisions pour l’association.

Mes 10 ans d’expérience dans le monde de la médiation par l’animal a fait son travail. Aujourd’hui je sais que pour rester endurante dans le temps, pouvoir accompagner dans une relation d’aide de qualité les personnes que j’accueille avec mes animaux médiateurs au local de l’association (12 rue Anatole de Monzie à Nantes – quartier Beaulieu), dans les institutions, ou au domicile des familles, je dois me ressourcer et faire des pauses régulières.

Alors ça grince un peu du côté :

  • des familles qui voudraient plus de séance pour leur enfant ou leur parents en EHPAD,
  • des institutions qui voudraient plus de régularité dans leurs séances de groupe,
  • de mon porte feuille qui réduit ses rentrées d’argent

Mais aujourd’hui j’ai compris ! Je fais le choix de me souvenir qu’on a qu’une seule vie. Aucun métier au monde aussi passionnant soit-il ne vaut d’être fatiguée au quotidien et de passer à coté d’une vie personnelle épanouie.

Je vous souhaite à tous plein plein plein de pauses  ressourçantes dans votre vie, pour vous ressourcer et continuer votre travail de Relation d’Aide avec la complicité de vos toutous !

Mes poilus et moi on vous retrouve à partir du 19 Novembre, pendant ce temps là ce sont les équipes de Sophie, Daphné et Emilie qui prennent le relais.

Aurélie et toute sa troupe de poilus.

Share Button
WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com